Les travaux à venir

Les travaux relatifs au projet MAGEO se déroulent en différentes phases. Des études réalisées en phase avant-projet ont défini les techniques les plus appropriées pour le respect de l’environnement. VNF s’engage à privilégier la voie d’eau pour les travaux et le transport de matériaux.

1. L’approfondissement du chenal par dragage

Rectangle de navigation

Opération de dragage

Opération de dragage

Des matériaux extraits valorisés

L’opération de dragage consiste à enlever du fond, le sable, le gravier ou la vase. Ce type d’opération est susceptible d’être une source de turbidité dans l’eau. Afin d’utiliser les mesures les plus respectueuses pour l’environnement, VNF a réalisé une analyse multicritères pour définir les techniques les plus appropriées pour les travaux: dragages mécaniques à pelle ou à godet.

Travaux sur berge

.

Les matériaux extraits seront dans la mesure du possible réutilisés dans le cadre du projet. Dans le cas contraire, ils seront évacués vers des sites de dépôts définitifs. Les déblais seront pris en charge par les entreprises et carrières locales, puis majoritairement valorisés. Le transport des matériaux par la voie d’eau, plus écologique que par camion, sera privilégié.

2. Les terrassements relatifs aux rescindements

Pour faciliter la navigation des bateaux de 180 m, le nouveau tracé du chenal navigable de l’Oise induira ponctuellement des rescindements de berges. Les travaux consistent en une opération de terrassement en berge, c’est-à-dire d’adaptation de l’état naturel du terrain pour construire le nouveau chenal de navigation.

3. Des aménagements pour la navigation

Ces aménagements sont prévus dans le cadre de la mise au gabarit Vb. Pour les navigants, le projet prévoit ainsi :

  • la création de quatre zones d’alternat sur les secteurs où les rescindements ne sont pas réalisables, notamment lors d’enchaînements de courbes / contre-courbes et dans les centres ur­bains contraints. Les alternats représentent 19,3 km du tracé de MAGEO ;
  • la création des aires d’attente, situées aux extrémités des zones d’alternat et placées en-dehors du chenal de navigation, pour que les bateaux s’amarrent le temps que la section d’alternat se libère ;
  • la réaménagement d’une aire de stationnement existante pour la rendre compatible avec les convois au gabarit Vb, équipée notamment d’un quai d’accostage ;
  • la mise en place d’une signalisation et d’un balisage permettant la navigation, de jour comme de nuit, ainsi qu’en conditions de visibilité réduite.

4. Cinq zones de hauts fonds créées

Le décalage du cours de l’Oise sur certains secteurs nécessite de remblayer le cours d’eau actuel afin de limiter les impacts hydrauliques. Cinq zones de hauts fonds seront ainsi créées. Elles seront aussi une opportunité pour créer des aménagements écologiques, notamment des zones de frayère.

Les hauts fonds favorisent la pousse d’herbiers nécessaires à la reproduction de la faune piscicole. En effet, les poissons ont besoin de différentes zones dans le fleuve (ou en relation avec celui-ci) pour leurs activités de nutrition, repos et repro­duction, au cours de la journée et du cycle annuel.

5. Une hauteur libre conservée

Dans le cadre du projet, il n’est pas prévu de rehausser les ouvrages car la hauteur libre des ponts permet actuelle­ment de faire passer des convois avec deux couches de conteneurs.

Une simulation grandeur nature a été réalisée au niveau du pont Louis XV de Compiègne (anciennement Pont de Solférino). Ce pont est le plus contraignant de l’itinéraire. Le film ci-dessous permet de montrer que la hauteur libre du pont actuel permet le passage d’un convoi à deux couches de conteneurs

Des voiries et réseaux rétablis

Le projet MAGEO prévoit le réaménagement des voiries et réseaux impactés du fait de la modification du tracé de l’Oise dans certains secteurs. Concernant la voirie, tous les chemins qui seront coupés par le projet MAGEO seront rétablis.

Quelles conséquences pour les riverains ?

La gestion d’un chantier est soumise à des modalités d’organisation très strictes. Le plan d’organisation du chantier prévoit des mesures destinées à protéger au mieux les riverains et les activités sur différentes thématiques :

  • protection contre le bruit ;
  • protection contre les fumées, poussières et gaz d’échappement ;
  • protection contre les vibrations ;
  • propreté des abords du chantier ;
  • gestion des déchets.

La nuisance sonore émise en phase chantier est temporaire.

Le chantier sera organisé de manière à limiter ces nuisances temporaires via des mesures adaptées : horaires de chantier compatibles avec la vie locale, transport par voie d’eau privilégié, limitations de la circulation des engins sur les routes …

Pour la phase d’exploitation, une étude acoustique a été menée au stade de l’avant-projet sur la base des trafics attendus, dans l’objectif d’évaluer la gêne sonore pour les riverains et de dimensionner les aménagements permettant de la réduire.

Avant les travaux : l’archéologie préventive

La conservation et la valorisation du patrimoine archéologique constituent un enjeu important des territoires. L’archéologie préventive, mission de service public, assure la détection, la conservation ou la sauvegarde du patrimoine archéologique susceptible d’être concerné par le chantier. Le projet sera donc élaboré en étroite concertation avec les services déconcentrés de l’Etat compétents en termes d’archéologie.