Assurer la continuité de la navigation

MAGEO s’inscrit dans un programme global européen de développement du transport fluvial, le projet Seine-Escaut.

Le projet Seine-Escaut consiste en la réalisation d’une liaison fluviale à grand gabarit entre Le Havre, Rouen, Paris, Dunkerque et le Nord de l’Europe, axe économique majeur dont la circulation routière est aujourd’hui congestionnée.

Cette liaison, structurante pour l’aménagement du territoire, nécessite la mise en place d’actions d’envergure en France et dans les régions belges de Flandre et de Wallonie. Il s’agit notamment :

  • de la construction d’une nouvelle infrastructure de transport, le canal Seine-Nord Europe, qui reliera le bassin les bassins de la Seine et de l’Oise au réseau à grand gabarit du Nord et de l’Est de l’Europe ;
  • du recalibrage et de l’aménagement de certains secteurs du périmètre Seine-Escaut dont les caractéristiques géométriques actuelles ne permettent pas d’accueillir des convois de gabarit européen Va ou Vb (l’Oise de Creil à Compiègne, la Lys mitoyenne, le canal Condé-Pommeroeul, la Seine de Bray-sur-Seine à Nogent-sur-Seine, la Deûle…) ;
  • de la régénération d’ouvrages de navigation, tels que les barrages et les écluses, afin de fiabiliser le niveau de service proposé aux usagers de la voie d’eau.

La mise au gabarit européen Vb de la rivière Oise entre Creil et Compiègne s’inscrit donc pleinement dans le projet européen de liaison Seine-Escaut. Elle constitue une étape clé de sa concrétisation puisqu’elle permettra d’assurer la continuité de navigation de l’extrémité sud du futur canal Seine-Nord Europe jusqu’à Paris et aux ports normands du Havre et de Rouen.

Un cadre institutionnel européen favorable à l’essor de la voie d’eau

La liaison Seine-Escaut est inscrite comme projet prioritaire européen depuis 2004 et a ainsi pu bénéficier de plusieurs décisions de financement, notamment grâce au programme pluriannuel RTE-T 2007-2013. L’importance de ce projet a été réaffirmée à Tallinn, en octobre 2013, avec la publication d’une liste de 9 corridors trans-européens de transports pour lesquels l’Union Européenne a prévu de consacrer 26 milliards d’euros entre 2014 et 2020 dans le cadre du Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIE). En effet, l’itinéraire Seine-Escaut a été intégré aux corridors Mer du Nord – Méditerranée et Atlantique. Par ailleurs, le canal Seine-Nord Europe a été identifié comme l’une des principales infrastructures de transport à réaliser.

Dans ce contexte, le commissaire européen des Transports ainsi que les ministres français, flamand, wallon et néerlandais ont signé la déclaration de Tallinn le 17 octobre 2013. Ce texte a permis de confirmer l’intérêt de la liaison Seine-Escaut pour l’Europe et de préciser que celle-ci serait éligible à des financements européens au titre du MIE à hauteur de 50% du montant HT des études et 40% du montant HT des travaux.

Rapport annuel 2016 du groupement européen d’intérêt économique (GEIE) constitué des opérateurs Voies navigables de France, Waterwegen & Zeekanaal et du Service public de Wallonie

Suite au dépôt d’une demande de financement conjointe entre la France, la Flandre et la Wallonie, une enveloppe de 979,7 M€  de subventions a été allouée à la réalisation de la liaison Seine-Escaut sur la période 2014-2020. Sur cette enveloppe, 787,2 M€ seront destinés à la réalisation d’opérations situées sur le périmètre français, dont MAGEO.